Le dragon qui a mangé le soleil

Et autres contes de la Basse Casamance

Il fait nuit en Basse Casamance, à la lueur du bûcher quelques mots se font entendre : « Je vais raconter une histoire. Ceux qui écoutent répondent : « Nous vous écoutons. Et les histoires commencent qui parlent de dragons qui apportent la pluie, de serpents qui deviennent des êtres humains, de sirènes qui se cachent dans les marais...

Avec eux on enseigne que celui qui n'a pas de cicatrices c'est parce qu'il n'est pas humain, qu'il ne dépense que pour le nécessaire, que le travail et le soin des autres ont toujours une récompense...

Des histoires qui ont été entendues dans leur propre langue, sélectionnées parmi plus d'une centaine collectées, éditées et illustrées avec des images créées par les mêmes enfants qui nous ont raconté les histoires.

C'est un livre complet, où le mot et l'image vont de pair et nous entraînent dans le monde de l'imaginaire de la Basse Casamance.

Si vous voulez entendre les histoires dans la langue dans laquelle elles ont été racontées, vous pouvez les écouter ici. 

« Pourquoi le chien et le crocodile ne sont-ils pas amis ? »  (p. 95 de notre livre).  Recueilli à Boukout par Fina Hernández Gordillo,  racontée en diola quatay par la famille Diatta.

¿Por qué el perro y el cocodrilo no son amigos? - Familia Diatta
00:00 / 00:00

Écrit par Ana C. Herreros

Illustré par Daniel Tornero

Collection : Série noire

Taille : 29  x22  cm

Pages : 122 

Reliure : Carton

(32 histoires et 44 illustrations)

ISBN : 978.84.942648.9.4

  (Prix sans TVA 23,99 €)

PVC 24,95 €

Projets au Sénégal  

10% du prix du livre "Le dragon qui mangeait le soleil, et autres contes de la Basse Casamance"  ira  à un projet d'alphabétisation des femmes en Basse Casamance.

Nous voulons que les femmes aussi puissent venir à la bibliothèque, que nous remplissons de livres. 

Dans cette bibliothèque, nous avons rassemblé la plupart des histoires et nous avons fait les ateliers  où les filles et les garçons ont illustré le livre.

Bibliothèque Teba Diatta

Avec l'argent que nous avons récolté grâce à la vente de "Le Dragon qui a mangé le soleil", nous avons déjà commencé à réaliser ce que l'inspecteur de l'académie de Casamance nous avait demandé de faire : soutenir le réseau d'enseignants qui enseignent l'espagnol dans le collège et le lycée. Au cours du mois de février, nous avons voyagé au Sénégal pour donner des séminaires sur la littérature espagnole. Voici notre plan de voyage :

 

13 février : Séminaire de littérature espagnole à Louga, au PRF (Pôle Régional de Formation), organisé par Monsieur Mbow et la RSF, Red Educativa Sin Fronteras, avec des enseignants de la région de Louga.

 

15 février : Présentation du livre dans la Classe Cervantes à Dakar : Table composée de : Ana C. Herreros, Bacary Diatta et Ignacio Garrido (Ambassade d'Espagne à Dakar), avec la présence d'étudiants de  la Faculté des Sciences et Technologies de l'Education et de la Formation (FASTEF), futurs professeurs d'espagnol du Sénégal.

 

17 février : Présentation du livre à la bibliothèque Teba Diatta à Oussouye.

 

18 février : Séminaire de littérature espagnole à Ziguinchor au lycée Djnabo, organisé par Ousman Diop, avec les enseignants de la cellule espagnole de la région de Ziguinchor.

 

19 février : Présentation à l'Institut Djimbering.

 

20 février : Séminaire de littérature espagnole avec des professeurs d'espagnol, au CEM Aline Sitoe Diatta, à Oussouye, organisé par Benjamin Sambou.

Présentation du livre à Ziguinchor, au lycée Djnabo.

 

COURS D'ALPHABETISATION AVEC LES FEMMES DE BASSE CASAMANCE

Après qu'ils  se réunissent et décident dans quelle langue ils veulent être alphabétisés (ils ont choisi le français, qui est la langue dans laquelle  leurs enfants sont alphabétisés), le cours d'alphabétisation a commencé à la bibliothèque d'Oussouye. Nous avons embauché une enseignante de la région et onze femmes se sont inscrites (jusqu'à présent). Ce n'est pas le bon moment car  Ils récoltent le riz, alors nous espérons que dès que la récolte sera terminée, plus de femmes s'inscriront.  

BILAN ET DEBUT D'ANNEE 2019/2020

L'année dernière, le cours s'est terminé avec 16 femmes qui sont régulièrement allées en classe les lundis, mercredis et vendredis de 16h00 à 18h00. Ils sont divisés en trois niveaux différents en fonction de leur compréhension en lecture, des fautes de grammaire et des notions de calcul.  

Niveau 1. Les femmes qui n'ont jamais été à l'école et qui comprennent  à peine la lecture et le calcul. 

Niveau 2. Femmes ayant fréquenté l'école primaire. Ils savent lire et calculer mais ils s'expriment difficilement et font des fautes de dictée.

Niveau 3. Les femmes qui ont étudié dans l'enseignement secondaire, cherchent à améliorer leur niveau de français.  

Cette année, le cours commence au début du mois de novembre et au cours du mois d'octobre, la coordinatrice, Fina Hernández, et l'enseignante, Nyassi, ont contacté les femmes qui, dans le cours précédent, venaient en classe et ont essayé de contacter de nouvelles étudiantes pour ce cours, voyant les ressources nécessaires et tout organiser pour que ce soit prêt à l'arrivée des femmes d'Oussouye.  

 

 

CLUB DE LECTURE

Nous collaborons actuellement avec le club de lecture animé par Fina Gordillo, une de nos bad company préférée, à la bibliothèque d'Oussouye. Nous avons acheté  les livres qu'elle propose dans le  Librairie Reno, qui collabore également au projet. Les livres sont  toujours d'auteurs africains et nous les envoyons à Fina par  bénévoles qui se rendent au Sénégal au cours de l'année.  

Si vous souhaitez plus d'informations ou si vous souhaitez collaborer avec l'un des titres demandés, vous pouvez nous écrire à info@librosdelasmalascompanias.com  et à partir de là, nous vous dirons comment le faire.  

Notre voyage au Sénégal  ​

Aux étés 2014 et 2015  Ana Cristina Herreros et Daniel Tornero se sont rendus à  Basse Casamance, à Oussouye, et à Djimbreing et Enampore pour recueillir les histoires qui composent le livre Le Dragon qui mangeait le soleil et d'autres histoires de Basse Casamance et réaliser les ateliers d'illustration dont sortiront plus tard les illustrations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De nombreuses personnes les ont aidés dans cette tâche, Idrissa, Diogo, Pepa, Rosa et Fina ont aidé Ana Cristina à collecter les histoires dans la langue parlée en Basse Casamance, le diola, mais il y a beaucoup de diolas, il y a le banjal, le kasa, le quatay, ou les fuñi parmi tant d'autres, nous avons donc dû les traduire avec l'aide de Jean Bernard, notre bibliothécaire, Benjamin, le directeur du club hispanique de la Basse Casamance et Bintu, ils ont permis aux mots qu'il a donnés d'avoir un sens nous.  

Mais d'autres personnes ont rendu cette aventure possible... 

Fina Hernández, l'âme et le cœur et parfois les mains de ce rêve, qui coordonne également désormais les projets solidaires menés depuis la bibliothèque d'Oussouye, Pepe Santofimia, ami et musicien, Daniel Tornero, ami et illustrateur, Francis Peraza qui en 2015 il est allé enregistrer un documentaire sur la bibliothèque et les gens qui la peuplent et bien d'autres avec qui nous partageons ce beau projet : Pierre, Sunita, Tita, Chati, Queti et Mariama...  

Merci à eux tous, car un rêve finit par être de la littérature alors que beaucoup de gens en rêvent, et c'est tout... Nous espérons que ce sera aussi votre rêve...