Le Livre de la Jungle des Pygmées Baka 

PortadaCuentoSelva-2.jpg

Les Baka vivent depuis 250 000 ans dans la forêt équatoriale, au bord du fleuve Congo. Ils sont le groupe humain le plus ancien du monde. Plus que de vivre dans la jungle, ils sont la jungle. Ils prennent soin d'elle comme ils prennent soin de leur corps. Ils obtiennent d'elle tout ce dont ils ont besoin, mais rien qu'ils ne prennent qui ne soit nécessaire. La forêt a été créée par Komba, l'Ancien, pour que les Baka aient tout ce dont ils ont besoin, mais ils ne peuvent en profiter qu'à condition d'en prendre soin et de la partager avec ceux qui l'habitent, car elle ne mérite que ce qu'elle est partagé. 

Cette façon de concevoir comment être au monde leur a permis de survivre pendant des milliers d'années, mais maintenant l'avidité du premier monde les a expulsés de la jungle. Il ne leur reste plus que les histoires, les likanó ou conseils avec lesquels ils ont appris ce qu'il faut pour survivre : écouter, prendre soin, partager et  être ensemble.  

Ci-dessous, nous vous laissons un likanó qu'ils nous ont dit lorsque nous sommes arrivés à la communauté des pygmées Baka :

Likanó -
00:0000:00

Écrit par Ana C. Herreros

Illustré par Daniel Tornero

Collection : Série noire

Taille : 24x33  cm 

Pages : 32 

Reliure : carton

ISBN : 978.84.123027.0.7

  (Prix HT 23,56 €)

PVC 24,50 € 

Projet au Cameroun

Grâce à  Le Livre de la Jungle des Pygmées Baka nous collaborons avec l'Association  Zerca y Lejos , qui mène  depuis 2001 poursuivant la justice sociale et la transformation de la société par le volontariat, la sensibilisation et la coopération internationale. Ils travaillent  au Cameroun et au Pérou, dans l'accompagnement des communautés et groupes vulnérables en matière de santé, d'éducation, de sécurité alimentaire, de violence de genre, d'eau et d'assainissement, avec une approche droits humains et genre.  

 

Avec l'achat de ce livre, vous collaborerez au projet éducatif qui se développe dans les communautés du sud du Cameroun avec la population Baka, dans le   qui se  pari  pour une éducation inclusive contribuant au maintien de leurs savoirs traditionnels, aspect fondamental pour la reproduction culturelle, la reconnaissance de leurs droits collectifs et que d'autres cultures puissent apprendre des savoirs qui leur ont permis de vivre durablement dans la jungle depuis de nombreuses années.  

Préface de Chema Caballero 

80648605_2608568409256969_65890063821695

Ahmadou Hampâte Bâ explique dans la première partie de ses mémoires, rassemblées sous le titre de  Amkullel, l'enfant Fulbe, que l'un des principaux effets de la Première Guerre mondiale en Afrique a été de provoquer « la première grande rupture dans la transmission orale des savoirs traditionnels ». Le grand écrivain évoque le fait que les Français ont forcé des milliers d'Africains de toutes leurs colonies, regroupés sous le nom de tirailleurs sénégalais, à combattre sur le sol européen en défendant les intérêts de la métropole pendant quatre ans. Cela a provoqué la "première grande éclipse de la transmission orale" du vaste patrimoine culturel de chacun des peuples touchés car ceux qui le chérissaient n'étaient pas là pour le transmettre à ceux qui venaient après.

 L'isolement dans lequel les Baka ont toujours vécu dans le bassin du fleuve Congo les a sauvés de ces prélèvements militaires. Ce n'est que récemment qu'il a été contraint d'abandonner son habitat naturel et de s'installer le long des routes et des autoroutes. Les Baka, qui ont toujours vécu de la collecte de ce que la forêt leur offrait, y compris la pêche et la chasse, sont aujourd'hui désavantagés par rapport aux peuples avec lesquels ils sont contraints de vivre : éleveurs et agriculteurs experts, qui ne voient pas les Baka comme des personnes, mais comme des animaux et donc ils les asservissent et les forcent à travailler dans leurs fermes. Les gens de la jungle, les enfants de Komba, l'Ancien, ont été humiliés et sans outils pour affronter la nouvelle réalité. Situation qui a poussé nombre de ses membres à se réfugier dans l'alcoolisme. Désormais, les jeunes qui ont fait des études tentent de redonner à leur peuple leur dignité volée et se battent pour être reconnus avec les mêmes droits que le reste des peuples du Cameroun.

 

Vivre à l'intérieur de la jungle a permis aux Bakas de garder leur héritage culturel intact et de pouvoir transmettre aux jeunes générations toutes les connaissances et la sagesse accumulées au cours des siècles sans interruption et sans influences du monde extérieur. L'histoire est l'un des principaux moyens de transférer ce compendium. Aujourd'hui, nous avons l'opportunité d'en approcher une sélection dans ce livre que nous avons sous les yeux et qui est le résultat d'un voyage fructueux au cœur du territoire Baka pour connaître de près ces gens et entendre un peu comment beaucoup de choses qu'ils ont à dire.

 

Pendant des années, j'ai partagé des moments avec les Baka du sud du Cameroun et l'une des premières choses qu'ils m'ont apprise, c'est qu'ils ne vivent pas dans la jungle, mais qu'ils font partie de la jungle ; ils sont un élément de plus qui s'y trouve, comme les animaux, les plantes ou les esprits.  

 

Cette égalité et coexistence avec le reste des êtres qui font partie de la forêt tropicale est, peut-être, l'une des premières choses que l'on apprécie à la lecture de ces pages. Le livre reflète ce monde idéal qu'était le paradis Baka avant que ses membres n'en soient expulsés par des lois qu'ils ne comprennent pas. Un monde où Komba, le dieu suprême, vit avec les êtres humains et les écoute et ne manque donc de rien, où les hommes et les animaux vivent en harmonie et où prévalent les valeurs d'amitié, de partage, d'entraide et de respect des personnes âgées avant tout. .

 

Les histoires présentées dans ces pages sont les mêmes histoires que l'on peut entendre la nuit lorsque les Baka s'assoient autour du feu ou lors de cérémonies communautaires. C'est grâce à ces histoires que les plus jeunes découvrent leur culture et ce qui a maintenu leur peuple enraciné pendant tant de siècles. Et c'est cette sagesse, transmise des grands-parents et des parents aux petits-enfants et aux enfants, qui donne de la force aux jeunes Baka qui se battent pour apporter un nouvel âge d'or à leur peuple.

Chema Caballero

Notre voyage au Cameroun

En novembre 2019, Ana C. Herreros, Daniel Tornero et Kike Carbajal ont voyagé avec Zerca et Lejos dans les communautés pygmées Baka  d'Assok, Bemba II et Doum, qui sont situés dans la  sud du Cameroun. Là, ils ont découvert le projet éducatif avec lequel nous avons collaboré avec ce livre, Daniel Tornero  ateliers d'illustration, Ana C. Herreros a écouté les likanós et Kike Carbajal a tout immortalisé dans ces  Photos: 

Dani en los talleres de ilustración
Dani en los talleres de ilustración

press to zoom

press to zoom

press to zoom
Dani en los talleres de ilustración
Dani en los talleres de ilustración

press to zoom
1/31
Ana Cristina Herreros

Ana C. Herreros

Il est né à León et sa grand-mère a gardé des histoires silencieuses. Il a donc vite appris à écouter le silence et à aimer ceux qui n'ont pas de voix, ceux qui ne comptent pas.

A tel point que, des années plus tard et déjà émigré à Madrid, il commence à rédiger une thèse de doctorat sur la littérature de ceux qui n'écrivent ni ne lisent. Ainsi, faisant des recherches dans la tradition orale, il aboutit en 1992 à la narration orale.  Et il se mit à raconter, et depuis plus de vingt ans il ne s'est pas tu. Puis sa voix s'est remplie d'encre et il s'est mis à écrire.