les contes de lapin

Et autres contes du peuple albinos du Mozambique

portadaCuentoConejo.jpg

Avoir la peau blanche comme la lune en Afrique n'est pas facile. Considérés comme des fantômes, des esprits des ancêtres qui vivent dans le royaume des morts et qui, par sorcellerie, restent parmi les vivants, ou des enfants de la lune ou des étoiles, les albinos subissent toutes sortes d'exclusions. Dans certains pays, ils les cachent ou font disparaître le nouveau-né albinos. Dans d'autres pays  sont kidnappés, mutilés (car on pense que certains  des parties de son corps sont des porte-bonheur) et sa dépouille vendue à des trafiquants d'organes. Il ne reste rien d'eux après leur mort. Tout est vendu en toute impunité car ils ne sont pas considérés comme des êtres humains.

Pour  ces raisons, nous ressentons le besoin de nous asseoir et de les écouter  et leur donner la parole. Nous entendons  et on imagine avec eux les personnages de leurs histoires, les mêmes histoires  que n'importe quel garçon ou fille au Mozambique écoute.

29 histoires, racontées par des albinos et leur entourage, et illustrées par des enfants du Mozambique composent ce livre qui vise à leur donner la parole, à les rendre visibles et surtout à montrer qu'ils ne sont pas des enfants de stars ou de la lune, qui ne sont pas des esprits mais des personnes, car ce qui nous caractérise en tant qu'êtres humains, c'est l'humour et la capacité à créer des histoires, ce que nous appelons la littérature.

Ceci est un exemple de  les fichiers sonores des histoires qu'Ana Cristina Herreros a recueillies auprès des personnes albinos qu'elle a rencontrées à la Casa de las Mercedarias de la Caridad au T3, Matola,  qu'il a visité à l'été 2017 et 2018.

El conejo y el Macaco - Eduardo Afonso Cuna
00:00 / 00:00

Écrit par Ana C. Herreros

Illustré par Daniel Tornero

Préface d'Alejandro Palomas

Collection : Série noire

Taille : 29  x22.50  cm

Pages : 112 

Reliure : Carton

(29 histoires  et 39 illustrations)

ISBN : 978.84.945888.8.4

  (Prix HT 23,56 €)

PVC 24,50 € 

Projets au Mozambique

Nous croyons que les personnes qui nous ont raconté leurs histoires sont aussi des auteurs et nous allouerons  le pourcentage correspondant à un projet qui travaille en faveur des albinos.

 

UNE MACHINE À COUDRE L'ESPOIR

ont déjà été  recueillies dans le  Centres pour personnes âgées de Chamberí  30 machines à coudre que nous avons expédiées dans un conteneur à Matola,  Mozambique, au  maison des mercenaires de la charité.  

Le centre a été inauguré le 26 avril 2017. Son objectif est de lutter pour les droits des personnes albinos, en essayant de les débarrasser du cancer de la peau et en luttant pour leur intégration sociale. Il est soutenu par l'effort de chacun avec des petits travaux qui sortent et avec l'aide de  Afrique Direct .

Elles espèrent que l'atelier de couture les aidera à financer le centre. Ils prennent soin de plus de 300 personnes albinos qui sont formées à prendre soin d'elles et reçoivent des crèmes protectrices. La consultation de dermatologie débutera prochainement pour le dépistage et le traitement des lésions précancéreuses.

En outre, un travail intense de sensibilisation et de sensibilisation communautaire est mené pour tenter de valoriser les personnes albinos. Oui  Ils ont des ateliers de formation : informatique, couture, cuisine et arts. Ils soignent et accompagnent les personnes atteintes d'albinisme et leurs familles. Avec l'aide de  vision sans frontières  Ils fournissent des lunettes de vue.

Le centre est géré par Brother  Alexandre Hoana  (mozambicain) et pour la sœur Mercedarian  Fatima Libéral  (angolais). Ils sont parfois soutenus par l'ONG portugaise Missao Kanimambo, avec qui ils partagent des objectifs.

Là, les albinos apprendront à coudre et coudront tout ce dont ils ont besoin pour leur usage et pour le vendre un peu d'argent pour vivre. Ils coudront également des livres en tissu avec leurs histoires traditionnelles que nous apporterons à Madrid et vendrons pour aider à soutenir la population albinos. Nous avons envoyé, en plus des machines à coudre, du matériel de couture, dans de nombreux cas gardé par les femmes et qui appartenait à des vêtements qu'elles ou leur famille ont portés, des choses qui ne servent à rien ici mais qui n'ont pas été jetées à cause de leur valeur émotionnelle et maintenant elles vont retrouver leur utilité, tout en symbolisant l'affection ou l'implication de certaines femmes dans le destin des autres.

Les personnes atteintes d'albinisme ont toujours, à un degré plus ou moins grand, une basse vision. Sans aide, cette difficulté se traduit souvent par un décrochage scolaire, une faible préparation et peu de chance de trouver un emploi car, en plus de ce qui a été dit, leur incapacité à être sous le soleil africain, cause de cancer de la peau et leur espérance de vie s'ajoute environ 30 ans. Par conséquent, trouver une activité professionnelle qui leur permette de ne plus être dépendants est un défi.  

La double discrimination, due à leur condition de femme et d'albinos, plonge fréquemment ces femmes dans la souffrance dans la solitude. Pour cette raison, nous voulons aller plus loin et pour que les femmes albinos trouvent quelqu'un pour qui elles sont importantes parmi les personnes âgées de notre ville, et nous voulons commencer par Chamberí, pour les femmes âgées qui ont fait don de leurs machines, de leur passé, leur histoire.

Nous avons l'intention de recueillir l'histoire (sonore et visuelle) des femmes qui nous ont fait don de leurs machines :

  • Qui étaient les femmes qui cousaient sur cette machine ? 

  • Qu'est-ce qui a été cousu ? 

  • Comment la machine est-elle arrivée au donateur ? 

  • Que signifiait la machine pour cette femme et pourquoi a-t-elle eu du mal à lâcher prise ? 

  • Pourquoi avez-vous décidé de faire don de votre machine et de vous mettre en relation avec une autre femme dont vous ne savez rien ?

 

Nous souhaitons également recueillir les histoires des femmes qui coudront sur les machines données :

  • Qui sont-ils? 

  • Comment va ta vie ? 

  • Comment sont-ils arrivés au centre de Matola ? 

  • Qu'allez-vous coudre ? 

  • Qu'est-ce que la machine va signifier dans votre vie ? 

  • Que pensez-vous que vous pouvez faire pour les femmes âgées qui ont fait don des machines ?

Nous croyons qu'il est important de montrer l'importance de pouvoir s'impliquer dans l'avenir des gens même sans les connaître, en assumant des engagements qui, bien qu'ils donneront plus de sens à leur vie, chercheront un monde meilleur. Et nous pensons que dans ce cas, il est plus logique de le faire en travaillant avec les femmes car elles ont été, notamment depuis l'écoféminisme, les premières à nous alerter sur le développementalisme en tout et à élever leur voix contre l'exploitation des femmes et de la nature, voir une relation intime entre eux.

Nous voulons unir les femmes des deux continents avec des points de suture pour qu'aucune d'entre elles ne dise plus jamais :  J'ai besoin de sentir que quelqu'un se soucie de moi.

28 mai 2020  

Avec l'arrivée du Coronavirus, les foyers d'accueil  et l'atelier de couture où les albinos ont trouvé une option pour travailler a dû être fermé. Maintenant, avec le début de la méfiance, les associations avec lesquelles nous collaborons doivent se remettre au travail, les albinos  ils ont besoin de se sentir à nouveau en sécurité, nous devons réactiver les projets auxquels nous avions déjà collaboré, nous en avons donc profité pour reverser les pourcentages de la vente de livres et de textiles. 

Nous voulons que cela soit le plus transparent possible, donc ci-dessous nous détaillons la liquidation que nous avons faite et nous joignons le reçu de don.  

Règlement:  

Textiles vendus aux foires de Noël 2019 : 208,92 € 

Textiles vendus jusqu'à aujourd'hui, 28 mai 2020 : 487,80 €

Dons en espèces : 20 € 

117 livres vendus grâce à nos amis des Canaries  (à 20% du prix public recommandé) : 552,20 € 

445 livres vendus à ce jour  (à 4% du PVC) : 418,30 €  

TOTAL : 1 687,22 €  

Notre voyage au Mozambique

En septembre 2017 et août 2018, nous sommes allés dans les endroits où les albinos  ils vont chercher les lunettes ou les crèmes solaires que certaines ONG leur apportent  d'Europe. Nous écoutions aussi leurs familles, les enseignants qui travaillent dans leurs écoles, ils nous racontaient comment ils vivent, comment ils ressentent l'exclusion, et ils nous racontaient aussi des histoires.

Nous écoutons et imaginons avec eux les personnages de leurs histoires, les histoires racontées ou entendues par les albinos, les mêmes que celles entendues par n'importe quel garçon ou fille au Mozambique. Daniel Tornero a réalisé des ateliers d'illustration avec des garçons et des filles albinos et non albinos où les jeunes artistes ont pu découper du carton que l'on trouvait dans la rue peint en blanc, et réaliser les illustrations qui composent le livre que nous avons réalisé avec leurs histoires. 29 histoires, racontées par des albinos et leur entourage, et illustrées par des enfants du Mozambique composent ce livre qui vise à leur donner la parole, à les rendre visibles et surtout à montrer qu'ils ne sont pas des enfants de stars ou de la lune, qui ne sont pas des esprits mais des personnes, car ce qui nous caractérise en tant qu'êtres humains, c'est l'humour et la capacité à créer des histoires, ce que nous appelons la littérature.

Et ils ont aussi une littérature, orale comme celle des milliards de personnes qui vivent en Afrique et qui parlent plus de deux mille langues qui sonnent sur ce continent, qui ne sont pas écrites, mais cela ne les empêche pas d'avoir de la littérature. La littérature orale, la littérature de ceux qui n'ont pas de voix, des exclus, de ceux qui n'ont d'art que de l'artisanat, de ceux qui n'ont de religion que des superstitions, de ceux qui n'ont de littérature que du folklore, qui valent moins que la balle que les tue ou la machette qui les ampute. C'est ainsi qu'à travers la litt